LES ENSEIGNEMENTS DU CRIMSON CIRCLE

Série du Transhumain

SHOUD 5 - ADAMUS SAINT-GERMAIN, canalisé par Geoffrey Hoppe

Présenté au Crimson Circle, le 7 janvier 2017

www.crimsoncircle.com

 

(Quelques applaudissements après la chanson d'ouverture)

 

Je suis ce que je suis, Adamus du Domaine Souverain.

 

Merci pour les applaudissements (plus d'applaudissements et d’acclamations). Je pars du principe qu’ils étaient pour moi, et merci pour mon café, chère Sandra. Oh, elle est devenue si bonne à anticiper les besoins et désirs de ce cher Adamus. Rien de tel qu'une bonne tasse de café humain. Merci.

 

Nous n’avons pas ça dans les autres dimensions. Non. Nous n'avons pas de Starbucks. Nous ... (quelqu'un dit, "Oh") Non, non. Croyez-le ou pas. Alors si je reviens chaque mois, c’est juste pour mon café (rires).

 

Chère Linda, vous êtes si jolie aujourd'hui, comme toujours. Linda d'Eesa. Oui (le public applaudit).

 

LINDA: Je vous remercie. Qu’est-ce que vous manigancez ?

 

ADAMUS: Prenons une profonde inspiration, alors que... pardon?

 

LINDA: Qu'est-ce que vous avez derrière la tête ? (rire)

 

ADAMUS: J'ai quelques tours en réserve pour aujourd'hui, des trucs appelés distraction. Distraction. De façon à vous distraire juste suffisamment pour que vous puissiez laisser ce divin entrer en douce / s’immiscer. Quand vous n'y penserez pas, vous le laisserez juste s’immiscer. Ah, oui.

 

Prenons cette profonde inspiration ensemble.

 

Vous savez, ça ne fonctionne tout simplement pas, cette chose de l'illumination, la Réalisation, l'intégration du divin en vous, ça ne fonctionne pas si vous essayez d'y penser. Edith, vous avez les yeux si brillants aujourd'hui. Si brillants.

 

Ça ne marche pas quand on y pense. Ça nous ramène aux tout premiers cours d’Adamus (les cours du débutant), aux bases. L'humain n'est pas responsable de l'illumination. Il ne l'est pas. L'humain a juste besoin de permettre. L'illumination, le divin, ils arrivent. Ils viendront quand vous prendrez une profonde respiration et que vous leur permettrez de venir. Et alors ça ne ressemblera à rien, rien, rien de ce que l’humain pensait que ça allait être. L'humain a des attentes intéressantes à propos de l'illumination et de la Réalisation. Vous pourriez aussi bien jeter tout ça aux orties, tout comme l’année qui vient de s’achever, parce que ce n'est pas comme ça que ça se passe.

 

Et c'est la beauté de la chose. L'humain aurait tendance à la limiter. L'humain l'humaniserait, et cette chose de l'illumination, la Réalisation, c'est la chose la plus sensuelle que vous puissiez jamais être capable d'imaginer. C'est la sensualité. C'est vraiment ce que c'est. Il ne s’agit pas de soudainement tout savoir, parce que cela n'a pas d'importance. Même en tant que Maître Ascensionné, je ne sais pas tout et je me fiche de tout savoir. Ce n'est pas important. Mais la sensualité, les ressentis, c’est tout - tout, tout - et c'est là que nous allons en 2017.

 

En parlant de sensualité, combien d'entre vous ont fait l’expérience, au cours de ces dernières semaines, je dirais ces trois dernières semaines en particulier, peut-être un peu plus longtemps, mais ... (rires alors que Sart lève la main avant que la question soit posée) Vous l’avez déjà ressenti. Il va avoir besoin du micro. Et qu'avez-vous ressenti, Sarducci? Qu'avez-vous ressenti? Vous remarquez que c'est ainsi que nous commençons la nouvelle année dans les Shouds (plus de rires).

 

SART: Est-ce que cette famille est toujours là ?

 

ADAMUS: Ouais, ouais.

 

SART: Oh. De la frustration.

 

ADAMUS: De la frustration.

 

SART: Oui.

 

ADAMUS: Wow. D'accord.

 

SART: Ouais.

 

ADAMUS: Eh bien, je vais y venir.

 

SART: Ça va donner.

 

ADAMUS: Ouais. Mais ce que j'allais dire, et vous en êtes l'exemple parfait, avez-vous ressenti ... (quelques rires) - oh, vous êtes bien plus que vous pourriez croire - au cours des trois ou quatre dernières semaines, en particulier, vous êtes-vous senti juste sale ? Comme si alors que vous preniez deux bains ou deux douches par jour et que vous vous frottiez de haut en bas avec de la lessive, vous vous sentiez toujours aussi sale, une sorte de crasse sableuse, comme si c’était sous l’épiderme de votre peau. C'est comme si vous aviez des démangeaisons, même. Vous vous sentez un peu sale, et vous avec votre entreprise Sart-Travaux Crasseux (plus de rires jeu de mot avec le nom de l’entreprise de Sart détourné en Sart – Travaux Crasseux), vous avez une entreprise d’excavation. Ouais. Est-ce que vous creusez des tombes avec une partie de cet équipement?

 

SART: J'en ai déjà creusé dans le temps, oui.

 

ADAMUS: Vous l’avez déjà fait.

 

SART: Ouais.

 

ADAMUS: Ouais, ouais.

 

SART: De loin en loin.

 

ADAMUS: De loin en loin?

 

SART: Ouais, vous savez, une par-ci et une par-là. Et une au milieu.

 

ADAMUS: Ouais. Bien. Bon (Sart rit). Mais merci.

 

SART: Avec plaisir.

 

ADAMUS: Merci. Si crasseux, sale. Vous voyez, il a levé la main avant même que je l'ai dit. Sart Travaux Crasseux. Je vous remercie.

 

Combien d'entre vous ont ressenti cela? Avec juste cette sensation que vous voulez vraiment vous décrasser. Ouais, vous sentez juste que ça vous démange un peu. C'est comme s'il y avait une couche de sable juste sous votre peau. Eh, vous avez ressenti ça? Non, certains d'entre vous ne l'ont pas ressenti. Eh bien, ça va venir probablement (quelques rires). Non, vous le ressentirez probablement parce que ça fait partie de tout ce processus d'intégration, et il y a beaucoup de choses qui sont relâchées depuis les très, très grandes profondeurs de votre intériorité. Et il y a aussi une sorte de contradiction étrange qui se crée en vous. Peut-être que ça vous parlera plus que l'exemple de Sart – Travaux Crasseux. Combien d'entre vous dans le passé, eh bien, depuis quelques années, ou plus particulièrement depuis quelques mois, ont tout simplement ressenti que les choses n’étaient plus unies (ne formaient plus un ensemble) ? Comme si... (rires alors que de nombreuses mains se lèvent) Eh bien, c'était une question à la "Sans blague! Maître de l’Evidence". (Adamus rit) Mais plus que jamais, plus que jamais, cette sensation de ne plus vraiment ressentir qui vous étiez avant, mais sans savoir ce que vous allez devenir. Ça ne forme tout simplement plus un ensemble. C'est une autre belle indication.

 

Non-Unité

 

Tout d'abord, c'est très mental. Vous avez tendance à mentaliser - «Qu'est-ce qui ne va pas chez moi? Où est mon ancienne place ? »Elle n'est plus là. Elle ne reviendra pas. Tout ce concept d’unité passe à la trappe. Tout ce concept d'unité, et vous ne pouvez pas revenir en arrière, même s’il peut se passer que vous essayiez de revenir en arrière. De revenir à votre unité – oubliez ça. Ça ne va pas se produire. Vous êtes maintenant le multiple.

 

Vous savez, le mot «unité» - si vous vouliez bien l’écrire sur votre tablette magique (à Linda) - le mot «unité» sonne un peu aussi comme le mot «fardeau, charge» (en anglais, les deux mots ont une sonorité assez proche: oneness et onus). Fardeau, charge. Et vous pouvez écrire cela aussi, et si vous ne savez pas comment l’orthographier, demandez à Sart.

 

LINDA: Je n'en ai aucune idée (quelques rires).

 

ADAMUS: L'unité. Le fardeau. Vous savez, un fardeau c'est le fait de mettre une charge, mettre le fardeau de quelque chose sur vous ou sur les autres. Un fardeau, c’est porter une charge. Orthographe de fardeau pour Linda (le public tente de lui venir en aide). Oh, vous êtes vraiment des Shaumbra. Aucun de vous ne sait l’épeler! (Adamus rit) Donc tout ce concept de ... (plus de rire alors que Linda a du mal à l'orthographier) Tout ce concept d'unité passe à la trappe, et c’est important.

 

Vous savez, il y en a beaucoup dans la spiritualité New Age qui parlent d'unité mondiale. Non mais vous plaisantez ? (Plus de rires) Oui. Oui. J'ai vu quelqu'un mettre du rouge à lèvres (pour en parler en l’embellisant) et quelqu'un qui le mettait "Oh!” comme ça dans sa bouche en même temps (gag – histoire de se moquer des belles paroles autour du concepts). Non, tout ça passe à la trappe. Je me souviens parfaitement d'un événement auquel nous avions été invités il y a quelques années où on m’avait demandé de parler d'unité, et ce cher Cauldre, Geoffrey, avait supplié l’oragnisateur de l'événement de ne pas m'infliger ce sujet. Et l’organisateur avait insisté et j’étais donc monté sur scène en étant plus qu'heureux de parler d'unité (plus de rires). J'avais discuté de «vous êtes votre propre unité» à l'époque, mais même ça, c’est en train de changer. * Mais ce concept d’unité cosmique universelle planétaire? Non! Non. C'est en fait comme d’aller chez les Borgs [dans l'univers de fiction de Star Trek, races de créatures cybernétiques — en partie organique, en partie mécanique. Ils sont connus pour être impitoyables et particulièrement difficiles à éliminer.], vous savez, comme de retourner dans une sorte de piège mental. C'est comme d’aller ... pourquoi voudriez-vous, pourquoi quelqu'un voudrait l'unité universelle avec quoi que ce soit? Ce serait une mauvaise plaisanterie de la part de l’Esprit que de dire: “D'accord, je vais te donner une très grande longe. Tu iras expérimenter de nombreuses choses différentes - la vie humaine, la vie angélique – ensuite, je te ramènerai dans l'unité où tu perdras tout sens de ta souveraineté et de ton Soi”.

* En référence à Unité Souveraine

 

LINDA: Et Adamus, qu'est-ce qui s'est passé quand vous avez parlé d'unité?

 

ADAMUS: Qu'est-ce qu’il s’est passé?

 

LINDA: Ouais.

 

ADAMUS: Tout le monde a adoré (Adamus rit). Pas tout le monde, je dois l’admettre. J'ai été expulsé de cette conférence.

 

LINDA: Oui, vous l’avez été (plus de rires).

 

ADAMUS: Et c'était une bonne chose. Il fallait créer un peu de remue-ménage, une émotion; c’était nécessaire pour faire avancer les choses. Et pour vous personnellement, particulièrement maintenant, vous n'allez pas dans l'unité avec vous-même. Vous êtes le nombre. Vous êtes le multiple. Vous êtes le «et».

 

C'est un ressenti très étrange quand vous commencez vraiment à en avoir la sensation. Tout d'abord, c'est un ressenti de: "Oh, je ne forme tout simplement plus un ensemble" Bingo! Non, c’est vrai, et c'est une bonne chose. Je vous montrerai pourquoi un peu plus tard aujourd'hui. « Je ne forme tout simplement plus un ensemble. Où est mon sens de l'équilibre et du Soi et de tout le reste? »Il est parti et c'est une bonne chose.

 

Vous savez, le Maître, le Je Suis, n'est pas cette figure de parent contrôlant et dominant tous les " et". Il n’en a pas besoin. Il n'y a pas de pouvoir central. Il n'y a pas de contrôle central. Vous verrez que c’est presque comme de lancer de nombreuses boules de lumière en l'air et de voir qu’elles dansent toutes par elles-mêmes. Elles n'ont pas besoin que quelqu'un leur dise comment danser, quand danser. Et puis, vous réaliserez que vous êtes toutes ces boules dansantes. Vous êtes tous ces «et». Vous êtes le Maître, et vous n'êtes même pas sur cette planète, et vous êtes l'étudiant qui travaille son chemin vers Dieu sait quoi, l'illumination ou quoi que ce soit d’autre, et vous êtes assis sur ce banc public - tout en même temps. C'est là que ça devient amusant. C'est la libération. C'est l'illumination. Sans tout mettre dans le même paquet, sans vous renforcer dans la singularité, mais plutôt en permettant le «et». Vous êtes tellement multiple. Vous êtes tellement le Je Suis Là et de tant de façons. C'est la beauté de la chose.

 

Alors si vous commencez à ressentir cette petite sensation de - un peu comme si vous aviez besoin de prendre une douche, comme si vous étiez sale, comme si quelque chose vous démangeait sous votre peau, c'est juste une transformation que vous traversez. Alors, portons un toast à cela (il lève sa tasse de café, et le public dit: "A la vôtre"). A la vôtre.

 

LINDA: Tchin-tchin.

 

Illumination progressive

 

ADAMUS: Deuxièmement, second point aujourd'hui. L'intégration, la Réalisation que vous traversez, quelle que soit la façon dont vous voulez l’appeler - l'illumination, l'ascension incarnée - est une chose progressive. Progressive. Elle ne va pas se produire d’un seul coup merveilleux - je ne sais d’ailleurs pas ce que c’est qu’un seul coup merveilleux, et je ne sais pas si quelqu'un sait - mais un merveilleux coup submergeant ... c'est progressif. Vous le faites exprès pour ne pas vous consumer, pour ne pas quitter instantanément la planète, parce que vous ne pourriez pas le gérer. Il n'y a pas de grand flash de lumière foudroyant qui descend sur vous. Vous ne vous réveillez pas nécessairement au milieu de la nuit avec toutes les réponses. Ce que vous avez choisi, ce que vous traversez en ce moment, est progressif, suffisamment pour que vous absorbiez, suffisamment pour que vous compreniez, suffisamment pour que vous gardiez un équilibre très subtile.

 

Vous savez que c’est difficile de rester dans le corps, de rester sur Terre. Ce que vous faites en ce moment, en ayant choisi l'illumination incarnée, se fait progressivement. Peu importe combien de temps cela prendra. Vous arriverez à la compréhension, j'espère aujourd'hui, que ce n'est pas grave du tout. C’est déjà là. Et je sais que ce ne sont que des mots, mais ce que vous allez faire maintenant c’est en faire l'expérience d'une façon très, très sensuelle, d’une façon où vous allez le ressentir.

 

Si je devais en faire une histoire, ce que je pourrais tout aussi bien faire. Le Maître était ... (quelques rires) Où est mon banc public quand j'en ai besoin?

 

Une histoire de Maître

 

Le Maître était en train de manger un double cheeseburger au bacon au déjeuner, au snack-bar local, accompagné d'un milk-shake au chocolat, parce que le Maître n’est pas coincé dans ce qu'il ou elle est supposé(e) manger. Ça n’a pas d’importance. Vous pouvez manger tout ce que vous voulez, parce que votre corps sait déjà comment le traiter, sans être pris dans les limitations de ce que vous appellez la science ou même une bonne nutrition. Le Maître peut manger des double cheeseburgers au bacon – ça me parait très bon à cet instant (Adamus rit) - avec un milk-shake chocolat et une dose de Jack Daniels en prime (rires). Je savais que cela attirerait certains d'entre vous.

 

Le Maître déjeunait dans la gargote locale quand soudain, il remarqua qu’un de ses étudiants entrait, une étudiante du nom de Sandy. Il lui dit, "Sandy! Sandy, quelle étrange coïncidence de vous rencontrer ici dans ce snack-bar. Il est à vingt km de votre maison. Intéressant. Asseyez-vous. Joignez-vous à moi. Commandez à déjeuner. " Evidemment, Sandy commanda une salade de quinoa avec du chou frisé en plus, parce qu'elle essayait d'être une bonne étudiante. Cela ennuya le Maître à en pleurer. Toutes ces règles, toutes ces choses que vous pouvez faire et ne pas faire, et vous savez, elles changent tous les sept ans environ. Il se peut qu’on soit dans la période  chou frisé de sept ans et après cela nous irons dans une période algues de sept ans, ou quoi que ce soit d’autre à la mode, mais ça ennuyait le Maître à en pleurer, et il savait que Sandy n'aimait pas vraiment cette salade en plus.

 

Il lui dit: “Asseyez-vous. Asseyez-vous. Quelle coïncidence de vous rencontrer là dans cette petite gargote. Qu'est-ce qui vous préoccupe? Je sais que vous avez une question, qu'est-ce qui vous préoccupe?” Sandy réfléchit un instant en réalisant que le Maître l'avait pincée, parce qu'elle n'était jamais allée dans ce restaurant avant, mais elle savait qu'il venait là et elle voulait le mettre au défi ce jour-là. Elle lui dit: «Maître, quand cela va-t-il se produire ? Quand?"

 

Il lui répondit: «Je ne sais pas. Vous pouvez commander maintenant, regardez comme c’est long. " (Quelques rires) Elle dit: " Non! Quand cela va-t-il se produire? Mon illumination! Mon illumination! J’y travaille depuis 17 ans. J'ai calculé l'autre jour, j'ai dépensé au moins 6,421 $ à mon illumination. "

 

Et le Maître pensa en lui-même: «Bon Dieu, elle devra encore dépenser environ 100 000 $ de plus avant d’y arriver. (Rires) Et si elle considère que l'illumination équivaut à combien d'argent elle a dépensé ou combien d'années elle y a passé, elle se prépare à avoir de gros ennuis. »Mais il avait déjà vécu cela avant avec de nombreux étudiants, alors il prit un autre morceau de son cheeseburger bien gras, laissant la graisse dégouliner sur son menton (plus de rires) juste pour la déstabiliser un peu, et il lui dit: «Que voulez-vous dire avec ‘Quand est-ce que cela va se produire’? » Elle dit:« Quand est-ce que ça va arriver? Je ne suis plus si jeune que ça. Je ne suis pas en meilleure santé. Je suis tellement obsédée par cette chose, la Réalisation, l'illumination, devenir un ange vivant, mais quand est-ce que ça va se produire? " Elle lui dit encore: " Vous êtes un Maître, vous savez tout. Donc vous devez savoir. Vous parlez du fait qu'il n'y a ni temps ni espace. Vous devez savoir, donc, le jour exact et l'heure exacte de mon illumination”.

 

Le Maître prit une profonde respiration et une lampée de son milk-shake au chocolat et dit, "Eh bien, en fait, le fait est que je pourrais tout savoir si je le voulais. Oui, je pourrais aller au-delà du temps et de l'espace, mais je n'ai vraiment aucun désir de le faire”. Et il lui dit: « Vous savez, les Maîtres, Ascensionnés ou les Maîtres humains, nous ne sommes pas des bases de données ou d’informations. Il ne s'agit pas de combien vous savez; il s'agit de votre connaissance intérieure, et il y a une énorme différence entre les deux. »Il laissa cette parole pénétrer Sandy un instant. Il ne s'agit pas de combien vous savez; il s'agit de votre connaissance intérieure. La connaissance intérieure arrive au moment précis où elle est désirée, pas avant, pas après, en n’étant jamais trop, jamais trop peu. La connaissance intérieure arrive au moment précis où vous commencez à la découvrir dans vos propres vies. Et il ajouta: "Eh bien, Sandy, le fait est que cela se produit en ce moment. A l’instant même. C'est progressif. C'est un peu ici et un peu là".

 

Sandy écouta ses paroles, réfléchit un instant et dit: «Mais je la veux maintenant. Je suis fatiguée de toute cette lutte. Je suis fatiguée de ces choses qui mettent le bazar dans ma tête. Je suis fatiguée d'essayer si dur. Je la veux maintenant. " Le Maître dit: " Sandy, vous êtes en train de l’atteindre à l’instant même. C’est en train de se produire. Ça va se faire progressivement. Ne m'avez-vous pas dit que vous vouliez être un Maître incarné, pas un Maître mort? » Elle répondit: « Eh bien, oui, bien sûr. » Et il lui dit: « C'est pour ça que ça se produit de façon progressive, afin que vous puissiez en savourer chaque morceau, chaque instant, chaque petit bout de cette chose appelée illumination; afin que vous puissiez en être consciente à un niveau viscéral, plutôt qu’à travers un grand éclair; afin que vous puissiez vraiment le savourer, tout comme je savoure ce cheeseburger; Vous pouvez profiter de chaque petit moment de l'illumination, chaque petit moment de votre transformation.

 

"Mais quand vous regardez aussi loin le chemin parcouru, quand vous la voulez totale à l’instant même, quand vous êtes en dehors du moment présent, ce que j'appelle le 'Je Suis Là', alors vous ne le voyez pas. Vous n’en avez pas la sensation. Vous n’en faites pas l’expérience. Elle est en train de se produire. Elle est vraiment en train de se produire. Vous n'en êtes tout simplement pas consciente, parce que vous regardez là-bas, plutôt qu’ici à cet instant. Elle est en train de se produire dans votre corps. Je peux le voir. Votre corps est en train de changer, et oui, certains jours, c'est difficile pour votre corps. Vous traversez un changement au niveau de votre ADN, au niveau de son re-câblage, et ouais, certains jours ça fait mal. C’est douloureux. Pouvez-vous simplement le permettre? Être avec ça?

 

"Rappelez-vous, Sandy, quand j'ai dit devant la classe, que tout ce qui se passe maintenant dans votre vie concerne votre illumination. Tout, que ce soit une mouche qui s’assoit sur votre tête - il y en a une sur votre tête à cet instant même, Sandy – que ce soit un accident de voiture, que ce soit un beau coucher de soleil que vous regardez; peu importe ce que c'est - une personne que vous rencontrez - tout, sans exception, même la serveuse qui est sur le point de venir ici et d'interrompre mon petit discours, tout concerne votre illumination. Sans exception. Tout. Tout ce qui se passe dans votre corps, tous les changements qui se produisent dans votre cerveau et surtout maintenant vos rêves. Vos rêves la nuit, ils sont tellement différents. Et je sais que parfois vous maudissez vos rêves. Vous vous réveillez au milieu de la nuit et ils vous semblent si bizarres et vous vous demandez ce qui se passe. Il s'agit de faire l'expérience viscérale de l'illumination incarnée. Elle est en train de se produire. Elle se produit en ce moment, chaque jour, à chaque instant. Vous n'êtes pas perdu sur le chemin. Vous êtes le chemin, et elle est en train de se produire.

 

"Alors prenez une profonde respiration et profitez de chaque moment, chaque, chaque, chaque moment. Arrêtez de vous inquiéter de savoir quand elle va arriver et réalisez qu’elle est en train de se produire - à chaque instant, dans chaque souffle, à travers chaque chose. Arrêtez d'essayer de la comprendre. Permettez-là simplement." Et sur ce, la serveuse arriva et demanda à prendre la commande de Sandy, qui lui dit:" Je prendrai comme lui "(rires). Hum ... c’est une citation d'un de mes films préférés.

 

Alors sur ce, prenons une profonde inspiration. C'est progressif.

 

C'est progressif, et je sais que certains d'entre vous se demandent "Quand?" Et vous allez me le demander. Certains d'entre vous sont déjà prêts à se lever au milieu de la canalisation d’aujourd'hui pour me dire: «Mais Adamus, c'est en 2017 que ça va se passer?» Je m’en fiche de quand ça va se passer, et vous devriez faire la même chose. Vous êtes dans une nouvelle expérience sensuelle. Il n'y a aucune urgence, et vous allez réaliser que c’est déjà là de toute façon. Vous pouvez peut-être y penser; Maintenant vous allez vraiment en faire l'expérience.

 

Alors prenons une bonne respiration profonde et arrêtez de faire la course. Arrêtez d'essayer si fort. Chaque chose dans votre vie, tout, savourez-le simplement, que ce soit douloureux ou agréable. Vous réaliserez ce que je veux dire par ces mots dès que vous aurez franchi la porte. C'est juste une expérience sensuelle.

 

La question d'aujourd'hui

 

Nous sommes donc en 2017 et je dois vous demander - je dois vous demander, comme nous le faisons depuis quelques années - et Linda avec le micro, s'il vous plaît.

 

LINDA: Avec plaisir.

 

ADAMUS: Oui. Je dois vous demander, quelle sensation avez-vous, qu’est- ce que vous ressentez, d'un point de vue planétaire, pour 2017? Rappelez-vous que nous avons joué à ce petit jeu l'année dernière et nous nous sommes passé le micro. Il y avait eu de bonnes observations. Mais comment définiriez-vous ce qui va se passer pour la planète, en 2017 et peut-être un peu au-delà? Qu’y a-t-il en réserve? S'il vous plaît, Linda. Des volontaires. Un volontaire est quelqu'un assis sur une chaise.

 

LINDA: Oh (quelques rires).

 

ADAMUS: Ah! Vous avez pensé à cela.

 

LARA: Oui.

 

ADAMUS: Je le sais.

 

LARA: Ouais.

 

ADAMUS: Ouais.

 

LARA: Je dirais l’ennui.

 

ADAMUS: L'ennui.

 

LARA: Ouais.

 

ADAMUS: Oh, j'aime ça.

 

LARA: Ouais. Au lieu de me battre ou d'essayer de comprendre les choses, je m’ennuie.

 

ADAMUS: Ouais, ouais. Maintenant, du point de vue planétaire ou personnel?

 

LARA: Personnellement, mais je peux voir cela se produire aussi au niveau planétaire.

 

ADAMUS: Oui. L'ennui planétaire. C’est le cas et je vais en parler dans un instant. C'est l'un des aspects de 2017, l'ennui. Ouais.

 

LINDA: Hm. D'accord.

 

ADAMUS: Bien. C’est un départ en fanfare. Oui.

 

CHERYL: Je ne suis pas de ceux qui écoutent les nouvelles ou qui portent beaucoup d'attention aux nombreuses choses qui se passent dans le monde. J'ai un ami qui m'a envoyé une carte en me demandant: «Que penses-tu de l'élection?

 

ADAMUS: Quelle élection? (Adamus éclate de rire)

 

CHERYL: C'est exactement ce que je lui ai dit. Une élection?

 

ADAMUS: Il y a eu des élections? Où?

 

CHERYL: Quelle élection?

 

ADAMUS: Ouais.

 

CHERYL: Oh, oui! Il y a eu des élections.

 

ADAMUS: Ouais.

 

CHERYL: Mais quand vous avez un misogyne dans le Bureau Ovale, c'est un peu effrayant.

 

ADAMUS: Oui. Ça parait sale.

 

CHERYL: Ça l’est.

 

ADAMUS: Oui. Ouais. Ouais. Pourquoi est-ce effrayant?

 

CHERYL: (s'arrêtant légèrement) Les femmes ...

 

ADAMUS: Misogyne, pour ceux d'entre vous qui ne sont peut-être pas anglophones – ça veut dire sale vieil homme (elle rit).

 

CHERYL: Et, et ...

 

ADAMUS: Masculin, dominant, vil, dégradant, grossier.

 

CHERYL: Dégradant.

 

ADAMUS: Grossier, oui.

 

CHERYL: Dégradant.

 

ADAMUS: Dégradant.

 

CHERYL: Et, fondamentalement, il n'aime pas les femmes.

 

ADAMUS: Ouais.

 

EDITH: Peut-être qu’il s’appelle Trump (quelques rires).

 

CHERYL: Oui. Oui. Un nom dans ce genre (elle rit).

 

ADAMUS: Ne faisons pas de politique ici, même si nous le faisons. Oui, dégradant et rabaissant et, vous l’avez dit, qui n'aime pas les femmes.

 

CHERYL: Fondamentalement.

 

ADAMUS: C’est en fait - j'aimerais que vous reconsidériez tous cela - c'est en fait une peur des femmes. Ce n’est pas qu’il n'aime pas les femmes, du tout. J’en parlerai dans la Blessure d’Adam, à venir dans quelques semaines. Oui, c'est une peur des femmes, et bon sang, on le devrait (Adamus rit doucement et quelqu'un dit: «C'est encourageant»). Soyez à l’écoute, écoutez la Blessure d'Adam. Oui. Alors, un misogyne à la Maison Blanche. Que va-t-il se passer d'autre cette année?

 

CHERYL: Je pense que ça, c'est déjà une grande chose, plus le nucléaire ...

 

ADAMUS: Vous savez, si vous pouviez voir cette nouvelle chose sur la caméra ici, juste en dessous ...

 

CHERYL: Je l'ai vue. Qu'est-ce que c'est? C'est nouveau. Ça n’était pas là auparavant.

 

ADAMUS: C'est le dispositif d'écoute de Donald Trump (beaucoup de rires).

 

CHERYL: Dès que je suis entrée et que je l'ai vu, j'ai dit: "Qu'est-ce que c’est que ce truc?!" (Elle rit)

 

ADAMUS: Je suis surpris - ouais. Je suis surpris que personne ne l’ait remarqué avant. Qu'est-ce que c'est? Vous remarquez quelque chose de vraiment étrange, c'est un genre de haute technologie et vous pensez: "Qu'est-ce que c'est?" Mais personne ne dit rien. Personne ne dit: «Au fait, qu'est-ce que c'est? Est-ce que c’est quelqu'un ici qui a mis ce truc là ? Est-ce que le staff est au courant? ». En quelque sorte, vous l’acceptez simplement. “Oh, il y  a de nouveaux appareils électromagnétiques haute fréquence dans la pièce”.

 

CHERYL: Je l'ai vu immédiatement et j'ai demandé ce que c'était, mais personne ne me l’a dit.

 

ADAMUS: A qui l’avez-vous demandé?

 

CHERYL: A Edith, bien sûr (beaucoup de rires).

 

ADAMUS: Oh! Mais c’est là le problème. Edith est une espionne (plus de rires). Elle ne va pas vous le dire!

 

CHERYL: Et effectivement, elle ne me l’a pas dit (elle continue à rire).

 

ADAMUS: Elle ne vous l’a pas dit. Qu'est-ce qu'elle vous a dit à propos de cet appareil étrange?

 

CHERYL: Elle m’a dit de vous le demander. Non, à Geoffrey. Elle m’a dit demande à Geoffrey.

 

ADAMUS: Demande à Geoffrey.

 

CHERYL: Mm hmm.

 

ADAMUS: Ouais. L’avez-vous fait ?

 

CHERYL: Non.

 

ADAMUS: Oh.

 

CHERYL: Il était occupé.

 

ADAMUS: Il était occupé. Quel est cet appareil? Peut-être devrions-nous poser la question à John Kuderka. Quel est cet appareil? Si quelqu'un le sait ...

 

LINDA: Oh, mon Dieu.

 

ADAMUS: On dirait ...

 

LINDA: Le pauvre John Kuderka qui est si timide et maintenant il est à l’écran.

 

ADAMUS: ... un œil électronique. Je pense que c'est comme une ...

 

LINDA: Oh, il va hurler.

 

ADAMUS: ... intelligence artificielle cyber robotique.

 

LINDA: Il va hurler.

 

ADAMUS: Je veux dire, très étrange. Qu'est-ce que c'est, John?

 

JOHN: C'est juste un petit micro fantaisie.

 

ADAMUS: Oh, bien sûr! Un petit micro fantaisie (quelques rires). Oui oui. Oui. D'accord. Nous vous croyons, John. Je crois tout à fait que c'est un micro. Oui. C'est pour qu'ils puissent entendre – c’est Cauldre qui est en train de me le dire (plus de rires). Vous savez pourquoi on a dû mettre ça là? Parce que les gens dans le public font des commentaires à certains moments et personne en ligne ne peut les entendre. Alors maintenant tout le monde pourra vous entendre.

 

LINDA: Nous essayons en fait de capter vos messes basses ! (rire)

 

ADAMUS: Ouais. Donc, une fois que les moutons seront partis et qu'il n'y aura plus de messes basses, alors nous pourrons le retirer. Mais tant qu'il y aura des messes basses ...

 

LINDA: Pensez-vous que cela renforce les mauvais comportements?

 

ADAMUS: Je m'en fous (ils rient). D'une façon ou d'une autre. Où en étions nous? 2017. Alors, qu'est-ce que vous dites?

 

LINDA: Elle est bloquée sur la misogynie.

 

ADAMUS: Ouais.

 

CHERYL: La misogynie est une chose, mais le ...

 

ADAMUS: Savez-vous épeler le mot misogynie?

 

CHERYL: Oui.

 

ADAMUS: Oh, bien.

 

LINDA: Allez-y.

 

ADAMUS: Allez-y.

 

CHERYL: M-i-s-o-g ... Je peux épeler misogynie (elle rit).

 

ADAMUS: C'est ok. Je prends.

 

CHERYL: M-i-s-o-g-y-n-i-e.

 

ADAMUS: Wow! (Adamus applaudit) Bien.

 

LINDA: Elle est psychologue.

 

ADAMUS: D'accord. Oh! Maintenant, je comprends (ils rient). Mais pour la planète - pas pour la Maison Blanche, pour la planète – qu’est-ce qu’il y a en réserve pour cette année?

 

CHERYL: Je pense que c'est planétaire ou peut-être, au moins à l’échelle nationale.

 

ADAMUS: Donc, la grossièreté masculine ?

 

CHERYL: La soumission des femmes.

 

ADAMUS: La soumission des femmes. D'accord.

 

CHERYL: Mm hmm. Mm hmm.

 

ADAMUS: Hmm. Et si je vous disais que ce pourrait être l'année de la soumission des hommes?

 

CHERYL: Je ne pense pas que ce soit bon non plus.

 

ADAMUS: Non, probablement pas.

 

CHERYL: Mm-mm.

 

ADAMUS: Non. Non.

 

CHERYL: Je n'aime pas que quelqu'un soit soumis.

 

ADAMUS: Oui!

 

CHERYL: Surtout moi, et je suis là pour l’empêcher.

 

ADAMUS: Ouais, oui (elle rit). Alors, c’est une sorte de ... pourrais-je le définir comme, en gros, un déséquilibre continu de l'énergie masculine / féminine? Une lutte ...

 

LINDA: Oh, c'est bien.

 

ADAMUS: ... des sexes.

 

LINDA: C'est une belle façon de le dire.

 

ADAMUS: Une lutte des sexes.

 

LINDA: Ouais, j'aime ça.

 

ADAMUS: Ouais, ouais. Est-ce que c’est une juste appréciation?

 

M. CHERYL: C'est une juste appréciation, sauf que c'est un déséquilibre.

 

ADAMUS: Oui. Oui.

 

LINDA: Oh.

 

CHERYL: Et les femmes ont passé de nombreuses années à essayer de le rendre un peu plus équilibré, et maintenant c’est encore déséquilibré.

 

ADAMUS: Avec les hommes ou avec les femmes?

 

LINDA: Ooooh!

 

ADAMUS: Déséquilibré. Qu'est-ce qui est déséuqilibré, le masculin ou le féminin?

 

CHERYL: Le féminin.

 

ADAMUS: Le féminin. Le féminin est la victime.

 

CHERYL: Oui.

 

LINDA: Ohhh!

 

ADAMUS: Elle est allée droit dans mon piège.

 

CHERYL: Oui! C'était une bonne distraction.

 

ADAMUS: Eh bien, si le féminin est la victime, le féminin sera aussi le bourreau.

 

LINDA: Ooooh!

 

ADAMUS: C'est vrai. Ça doit l'être. Ça doit l'être. Maintenant, bourreau ne signifie pas que la femme va prendre des gants de boxe et aller frapper à mort Andy. Andy, désolé. Mais …

 

ANDY: Quoi? Quoi?

 

ADAMUS: Ouais. Ouais (rires). Mais il aime ça! Il aime ça. Alors mesdames, je vous en prie, après ! (Plus de rires)

 

LINDA: Vous êtes particulièrement rustre aujourd'hui.

 

ADAMUS: Non, non. Je suis juste direct. Donc, si la femme est une victime, la femme sera aussi un bourreau. L’agression se produit de différentes manières. Une des choses que j’aborderai lors de l’atelier sur la Blessure d'Adam, que je pense nous allons bientôt enregistrer, c'est que ...

 

LINDA: Est-ce une publicité?

 

ADAMUS: Ouais, ouais. Et ne vous tenez pas contre cette chose de bas coût (un support de scène) ou elle va tomber (Linda rit). Une des choses dont nous allons parler, c’est la prostitution. Je vais commencer la Blessure d'Adam avec la prostitution. C'est le plus grand exemple de relation masculine / féminine. Et c'est le ...

 

LINDA: Ouille!

 

ADAMUS: Non, ça l’est. Ça l'est. Nous allons approfondir ce sujet. Ouais, pensez-y.

 

LINDA: J'espère que non.

 

ADAMUS: Oh, ouais. Non, c'est ... c'est ...

 

CHERYL: Un exemple.

 

ADAMUS: ... c’est un extraordinaire exemple de masculin / féminin. Qui est le bourreau ? Ou y a-t-il un bourreau ? C'est le meilleur exemple de toute la Blessure d'Adam et de toute la Blessure d'Isis. Alors vraiment, qui profite de qui là? Qui est le vampire là-dedans, pour ainsi dire?

 

LINDA: (haletant) Non! Quoi?! Mon dieu ! (Quelques rires)

 

ADAMUS: Donc, donc... oui, donc sur le plan planétaire – le déséquilibre continu du masculin / féminin, c’est ça ?

 

CHERYL: Oui.

 

ADAMUS: D'accord. C'est un bon ressenti. Je vous remercie. Bon, nous enregistrons tout ça pour le revoir en fin d'année.

 

CHERYL: D'accord.

 

ADAMUS: Au suivant.

 

LINDA: Vous êtes la nouvelle volontaire. Vous avez de la chance.

 

ELIZABETH: Cela me semble très évident – ou plutôt je ressens comme très évident - que 2017 sera très différente, je voudrais utiliser le mot «latérale», mais c'est juste pour dire que ce sera un changement chronique (continu).

 

ADAMUS: Ouais. Un changement chronique.

 

ELIZABETH: Juste un changement chronique et inattendu, de la façon la plus bizarre qui soit. Je veux dire, je ressens ça.

 

ADAMUS: Hum, hmm. Ouais. Bien. Bien.

 

ELIZABETH: Est-ce juste?

 

ADAMUS: J'aime ça. Au passage, vous ne parlez pas du tout depuis là (la tête).

 

ELIZABETH: Non.

 

ADAMUS: Vous avez la sensation de quelque chose.

 

ELIZABETH: Ouais.

 

ADAMUS: Un changement chronique. Bien. Nous allons mettre cela dans la catégorie des faits marquants.

 

ELIZABETH: Merci beaucoup.

 

ADAMUS: Bien.

 

ELIZABETH: Namaste.

 

ADAMUS: J'ai l'impression que vous aurez tout à fait raison. Quelques-uns de plus. 2017.

 

LINDA: D'accord. Ohh, voyons, ... Je cherche le bon volontaire.

 

ADAMUS: Et ce qu'Elizabeth a fait, c’était de vraiment le ressentir. Plutôt que de penser «Quelle est la bonne réponse? elle l’ a vraiment ressenti.

 

LINDA: Le bon volontaire.

 

ADAMUS: 2017.

 

JAN: Je dirais que, pour moi, de nombreuses manières, il y aura beaucoup de clarté pour les gens, parce qu'il y a tellement de choses qui se passent autour d'eux qu'ils doivent trouver une certaine clarté pour en quelque sorte avancer et vraiment définir les valeurs qui leur sont importantes.

 

ADAMUS: Parlez-vous des gens qui sont dans la pièce ou parlez-vous pour la planète?

 

JAN: Je pense pour la planète. Je pense qu’alors que les choses s'effondrent en quelque sorte, je pense que les gens vont découvrir ce qui leur est proche et cher, et ce qu'ils veulent vraiment garder et ce qui est important pour eux.

 

ADAMUS: La majorité ou seulement quelques-uns?

 

JAN: J'aimerais penser que ce sera la majorité. Je pense que beaucoup de gens pensent qu'ils veulent changer, mais je ne pense pas qu'ils savent vraiment quels changements ils veulent.

 

ADAMUS: Exact.

 

JAN: Alors je pense qu'ils ont besoin d'avoir une certaine clarté sur ce que ce changement pourrait être et puis comment avancer en quelque sorte pour faire que ce changement aille dans la direction qu’ils veulent. Mais ils doivent avoir une certaine clarté à ce sujet. Je pense que les gens disent: «Je veux le changement», mais ils n'ont aucune clarté à ce sujet en ce moment.

 

ADAMUS: Exactement. Exactement, et c'est un bon point. J'aimerais que vous preniez ce que vous venez de dire et que vous l'examiniez vraiment en vous-même. Je vois que ça vous arrive à vous. Je vois que vous parlez vraiment de votre point de vue sur ce qui est en train de vous arriver, sans nécessairement parler pour le reste du monde.

 

JAN: Mm. Okay.

 

ADAMUS: Mais nous verrons.

 

JAN: Okay.

 

ADAMUS: Nous verrons. Nous avons un an pour voir à quoi cela va aboutir. Et nous avons environ cinq minutes avant que je vous donne ma version.

 

LINDA: Est-ce pour le monde entier ou juste le monde conscient?

 

ADAMUS: C'est pareil.

 

LINDA: Non, ce ne l'est pas.

 

ADAMUS: Si ça l’est. Au suivant avec le micro. Je vous remercie. L'année pour la planète.

 

ALICE: Je vais me lever. Pour encore appuyer sur la misogynie, la première chose que je ressens vraiment c’est la colère et, oui, il y a ma colère personnelle, parce que j'adore Hillary. Mais je ressens comme un énorme, "Beurk !! Ce type est aux responsabilités ! " Et c'est partout dans le monde. Est-ce ... de la colčre. Alors, la colère, mais plus frontale, du genre : "Les gens, nous devons voir certaines choses!"

 

ADAMUS: Hum, hmm.

 

ALICE: C'est ce qui va nous arriver à tous.

 

ADAMUS: Alors donnez-moi un exemple de ce dont vous parlez, comment cela affecte le monde. Comment cela pourrait se manifester?

 

ALICE: Alors, en Amérique, je sais que cela affecte le monde tout simplement via les médias sociaux, les gens, leurs réactions face à l’élection de Donald Trump, mais ... oh, est-ce que je ne devais pas dire ça?

 

ADAMUS: C'est bien.

 

ALICE: Salut Don! (dit à la caméra, rires) Commencez à tweeter à présent! (Plus de rires) "Cette salope au Crimson Circle ..." Eh bien, de toute façon (plus de rires). Pour moi, c'est ... ok, il a été élu et il a été élu par un groupe de blancs, non? Et ils …

 

ADAMUS: Il a été élu par la conscience.

 

ALICE: Ouais.

 

ADAMUS: Ouais, ouais.

 

ALICE: C'est ce que j'allais dire.

 

ADAMUS: Exact, exact.

 

ALICE: Ils ont quelque chose. C'est à l'intérieur ...

 

ADAMUS: Mais a-t-il réellement gagné l'élection? (Certaines personnes disent «non»)

 

LINDA: Ohhh!

 

ADAMUS: Ouais.

 

ALICE: Chut! Il y a beaucoup de Russes autour de nous (Adamus rit). Mais c’était nécessaire pour qu’on le voie. C'est un peu comme si nous avions des choses personnelles en tant que Shaumbra qu'il nous fallait voir, je suppose.

 

ADAMUS: Maintenant, êtes-vous en colère à ce propos ou pensez-vous que le monde est en colère?

 

ALICE: Les deux. Ouais.

 

ADAMUS: Les deux.

 

ALICE: J'ai eu de la colère, certainement.

 

ADAMUS: Ouais, ouais.

 

ALICE: Ça a été fugace.

 

ADAMUS: Pourriez-vous en sortir un instant ?

 

ALICE: Ouais. Ben ouais.

 

ADAMUS: Pourriez-vous vraiment en sortir et réaliser que c'est la conscience qui l'a élu. Même s'il n'a pas gagné, il a gagné.

 

ALICE: Hum, hmm. Mm hmm.

 

ADAMUS: Si vous voyez ce que je veux dire.

 

ALICE: Absolument. Mm hmm.

 

ADAMUS: C'est donc un reflet de la conscience. Maintenant, si vous vous asseyez sur le banc du parc et que vous regardez comment tout cela se joue, c'est réellement brillant. Et il peut y avoir de la colère, vous pourriez être en colère. Éloignez-vous de la colère. Quand je vous expliquerai ce que je vois pour l'année, vous comprendrez peut-être un peu mieux, mais c'est en fait une sorte de brillante pièce de théâtre. Et il y a des méchants dans la pièce et il y a des drames et il y a peut-être de la violence et d'autres choses et de la colère dans la pièce, mais c'est une pièce brillante. Ouais.

 

ALICE: Je le crois.

 

ADAMUS: Ouais. Mais vous ne pouvez pas vraiment le voir avant de vous asseoir sur ce banc public et de simplement prendre une profonde respiration et de regarder comment le monde se déroule.

 

ALICE: Ouais, je pense que nous allons respirer beaucoup cette année (elle rit).

 

ADAMUS: Et je vais vous dire une chose en cet instant et je la développerai largement le week-end prochain (ProGnost 2017), mais ce monde n'est vraiment plus le vôtre. Il ne l'est vraiment pas, et ce sera une bénédiction et ce sera aussi difficile à certains moments, mais ce n'est vraiment plus le vôtre. Alors…

 

ALICE: Hm. Ouais. Je le ressens.

 

ADAMUS: Bien. Au suivant. Un de plus et ensuite je vous donnerai mon point de vue. Salutations. Allez-vous parler politique?

 

DANUSE: Je Suis Là.

 

ADAMUS: Vous êtes là. Bien. Bien.

 

DANUSE: Je viens ...

 

ADAMUS: Vous êtes si belle aujourd'hui.

 

DANUSE: Eh bien, merci.

 

ADAMUS: Oui. Tout simplement éclatante.

 

DANUSE: A la mode Noël. A la mode Noël.

 

ADAMUS: Ouais, ouais. Non, mais je veux dire qu'il y a une lumière qui émane de vous, vous savez.

 

DANUSE: Oh, merci. Je vous remercie. Je me sens très bien. Oui.

 

ADAMUS: Bien.

 

DANUSE: Mais je pensais pendant que je traduisais l’enseignement du SES, l’enseignement supplémentaire que nous n'avions pas traduit avant. Alors il était question de cette réunion d'Isis et d’Adam, et en fait, Isis va surprendre l'homme.

 

ADAMUS: Oh, ouais. Elle le fait toujours! (Quelques rires)

 

DANUSE: J’aimerais moi aussi.

 

ADAMUS: Ouais.

 

DANUSE: J’aimerais moi aussi.

 

ADAMUS: Ouais.

 

DANUSE: Je leur pardonnerais tout.

 

ADAMUS: Alors, comment cela s'applique-t-il dans une situation mondiale?

 

DANUSE: Si beaucoup de gens pensent que peut-être je pourrais le faire, que je pourrais leur pardonner. Tous les hommes, je vous pardonnerai.

 

ADAMUS: Ohh!

 

DANUSE: Alors ...

 

ADAMUS: Pourriez-vous faire cela?

 

DANUSE: Je pense que je peux, oui.

 

ADAMUS: D'accord. Je veux dire, maintenant?

 

DANUSE: Oui!

 

ADAMUS: Devant la caméra?

 

DANUSE: Je vous pardonne ! Tous les hommes, je vous pardonne, dans le monde entier! Vous avez ma bénédiction et ma compassion.

 

ADAMUS: Je vous remercie.

 

DANUSE: Et mon amour.

 

ADAMUS: Ouais, ouais. Non, c'est beau et certaines des autres femmes vous regardent, "Ouais. Nous ne les laisserons pas partir si facilement. "

 

LINDA: Ohh! Allons!

 

DANUSE: Non, je les embrasse toutes.

 

ADAMUS: Oui, un million d'années de répression. On va pas ... " Mais c'est bien. Je suis content que vous puissiez le faire.

 

DANUSE: Oui. Mm hmm.

 

ADAMUS: Ouais. Bien.

 

DANUSE: Merci.

 

ADAMUS: Donc, vous pensez globalement, à présent, que soudain l'énergie féminine est comme, "Oh, nous vous pardonnons", et que les hommes sont comme, "Oh, nous étions si mauvais" et tout le monde se réunit et ... (quelqu'un dit "Kumbaya ")

 

DANUSE: Pas encore.

 

ADAMUS: Non, non, non, non, non, non.

 

DANUSE: Pas encore.

 

ADAMUS: Alors qu'est-ce qu’il va se passer? C'est un fait maquant. Que va-t-il se passer sur la planète cette année?

 

DANUSE: Je pense que je devrai attendre la surprise, de voir ce que les hommes et les femmes feraient.

 

ADAMUS: Quelle est la surprise?

 

DANUSE: La surprise pourrait être que plus que jamais les femmes découvrent la chose entière et peut-être pardonnent. Peut-être qu’elles peuvent être capables de pardonner.

 

ADAMUS: Peut-être qu’elles peuvent pardonner, peut-être, yep.

 

DANUSE: Peut-être.

 

ADAMUS: Envoyez un message universel de pardon et ... yeah.

 

DANUSE: Non, non, non, non .

 

ADAMUS: Ou peut-être que simplement toutes les femmes du monde, en quelque sorte, seront d'accord, pour faire la grève du sexe ?

 

DANUSE: Non, non, non. Personnellement. Personnellement.

 

ADAMUS : N’y a-t-il pas un film à ce sujet ou ne devrait-il pas y avoir un film à ce sujet?

 

DANUSE: Oh, peut-être qu’il y en aura un. Ouais (rires).

 

ADAMUS : “Le Jour du Sexe Restreint” Ouais. Ouais (rires). Ça leur apprendra !

 

DANUSE: D'accord. D'accord. D'accord. Alors ...

 

LINDA: Je suis choquée! Je suis choquée!

 

ADAMUS: Je vous ai dit que je devais vous distraire aujourd'hui.

 

LINDA: Je suis choquée!

 

DANUSE: Je pense que ce sera une grande distraction dans le monde entier et alors ... ce ne sera pas facile.

 

ADAMUS: Ce ne sera pas facile.

 

DANUSE: Ouais.

 

ADAMUS : C'est une assez bonne idée. Okay.

 

DANUSE: D'accord.

 

ADAMUS: D'accord. Merci.

 

DANUSE: Merci.

 

ADAMUS: Maintenant, ma prédiction. Vous vous souvenez que l'année dernière, j'avais prédit que 2016 serait l'Année de la Perturbation? (Le public atteste) C'était assez proche de la vérité. Ouais, assez proche. Ça a été une bonne année perturbatrice. Il fallait que cela se produise.

 

Cette année, 2017, je vais l’appeler l'Année de la Séparation.

 

LINDA: Mmmm .

 

ADAMUS: C'est une belle façon de le dire. L'année des choses qui s’effondrent / se disloquent. L'année des choses qui explosent / sont balayées. L'année - oh, je sais. N’est-ce pas horrible? Non, pas vraiment. Pas vraiment.

 

L'année de la séparation

 

C'est l'année des choses qui se brisent, se désintègrent, tombent en miettes. Et bien que cela puisse vous paraître terrible et bien que certaines des nouvelles aux actualités puissent vous paraitre terribles, c’est en fait nécessaire. C'est en quelque sorte nécessaire.

 

Tout a été maintenu dans un nœud bien serré, une petite pelotte bien serrée, et la pelotte continue de se resserrer, de se contracter. Pouvez-vous imaginer, de plus en plus serrée, de plus en plus resserrée, contractée par la colère, par la répression, le refoulement, par le désespoir, la frustration, les vieux systèmes qui essaient incroyablement fort de s’accrocher à leurs anciennes façons de faire, que ce soit les religions, que ce soit les entreprises, que ce soit simplement les vieux jeux de rôles du masculin-féminin. Le féminin, je suis désolé, mais le féminin est un jeu de rôle aussi daté que le masculin. Ils le sont vraiment tous les deux, et tout cela va s'arrêter de manière fracassante et se terminer en une rupture, une séparation, une dissolution. Non pas que le monde va s'écrouler; même si certaines parties de ce monde le feront. Non pas que tout va sombrer dans le chaos, bien qu’il y en aura plus que la normale. Mais les systèmes vont se disloquer, se désintégrer cette année. C’est nécessaire.

 

La pièce brillante du misogyne à la Maison Blanche en fait partie. Il ne le sait pas, mais c'est ... quand certains d'entre vous se sont réveillés, ici en Amérique et à l'étranger, au lendemain des élections, vous vous êtes dit: «Quoi ?! Qu'est-ce qui vient de se passer? Je n'aurais jamais dû aller me coucher. Je savais que si jamais j’allais dormir, cela arriverait. Ça s’est produit en douce pendant que je dormais. " (Quelques rires) Et vous vous êtes demandé ce qui se passait ? Ce qui se passe, c'est tout ce processus de déintégration, de dislocation.

 

Et je vais vous faire une vraie prédiction ici, et je ne fais généralement pas de prédictions, mais là je vais en faire une. Oh! Un petit intermède cookie. Nous allons faire une petite pause ici pendant que je mange mon biscuit (quelques rires). Oh, vous vouliez une prédiction. Mmm. (Adamus mange le biscuit) Il est plein de beurre et de sucre. Mmm, mmm, mmm, mmm, mmm!

 

La prédiction, c’est que le nouveau président, Trump,  restera soit à peine un an à son poste - à peine un an, ou peut-être juste un peu plus, et ensuite il sera exclus - ou alors, il fera deux mandats. Maintenant, cela semble deux options diamétralement opposées. Quoi?! Soit les forces vont travailler à le jeter, soit n’est-ce pas, c'en sera fini avec lui, ou alors quelque chose va faire au contraire que ce ne sera que le début d’une longue histoire. Dans les deux cas, ça va déchirer, diviser.

 

Cette année, des choses vont se disloquer, et il y aura beaucoup de colère à l’encontre des dirigeants partout dans le monde. Pas seulement à la Maison Blanche, mais partout dans le monde, même chez Poutine. Il y aura une telle colère que la colère va amener certaines choses à se briser et à se séparer. C’est presque nécessaire de le faire. Elles ont été maintenues dans un nœud si serré pendant si longtemps et tout, en fin de compte ... si vous vous asseyez sur votre banc public et que vous vous demandez : “Qu'est-ce qui se passe dans le monde? Pourquoi devient-il fou? Pourquoi les choses se disloquent-elles? Pourquoi y a-t-il toute cette violence, ce terrorisme, et ces changements dans le système et tout le reste? Pourquoi tout cela est-il en train de se produire ?” C'est très, très clair. Très clair.

 

Le monde mental

 

Le monde est à un point de séparation et le monde en est arrivé à un point où il est devenu si mental - tellement mental – qu’il donne mal à la tête de tout le monde. Vous voyez des gens à présent qui sont devenus si mentaux qu’ils ne peuvent plus en sortir. Ils sont enfermés dans un carcan mental non-sensuel, un carcan analytique, plein de jugements, et de limitations, appelé le mental. Ils ne savent pas comment en sortir. Ils hurlent pour qu’on les aide. Ils essaient d’avoir de l'aide, d'abord à travers ce que vous appellez vos systèmes conventionnels, qu'il s'agisse de parler à des professionnels - des professionnels qui les mettent immédiatement sous médicaments, ce qui ne fait qu’empirer les choses. Vous verrez que, dans tous ces cas où il y a des tueries de masse et du terrorisme - pas nécessairement associé à un groupe religieux mais même dans les autres cas – vous verrez que la personne responsable était sous médicaments, sous antidépresseurs. Elle se retrouve piégée au sein même de la chose dont elle essaie de sortir. Elle va chercher de l'aide. Elle a besoin de quelqu'un à qui parler et la première chose qu’on va faire, c’est de lui  donner des médicaments. Ça va la calmer pendant une courte période, mais finalement quelque chose va se produire à l'intérieur.

 

Alors, elle va essayer d'attirer l'attention – elle a désespérément besoin d'aide - en faisant des choses bizarres, en faisant l’imbécile, en déambulant dans la rue en hurlant ou en entrant dans un bureau du gouvernement et en créant de l’agitation, et cela ne marchera pas. Et elle va se retrouver tellement prisonnière de son mental, de son esprit, qu'elle va finalement avoir recours à n’importe quoi, y compris au fait de tuer d'autres personnes. Tout ça pour attirer l'attention. C'est un appel à l’aide désespéré. Et c'est juste un petit exemple d'un monde qui est devenu si mental qu’il n'y a plus de sentiment, de ressenti. Il n'y a plus de sensualité. Ça a disparu - tellement il est mental.

 

Dans notre ProGnost  l'an dernier, j'avais parlé de la technologie et de l'effet qu'elle aura sur le monde dans les années à venir, et ce sera le cas, et j'avais parlé de l'intelligence artificielle. J'avais dit que l'intelligence artificielle arriverait à un point dans les 20 prochaines années environ où elle dépasserait l'intelligence humaine. Elle sera plus affûtée/vive, plus nette, plus rapide et plus précise que l'intelligence humaine. Cette intelligence artificielle continuera à croître et à grandir, car une fois qu'elle est programmée pour continuer à apprendre (à devenir plus intelligente), elle continue de le faire. Et ce faisant, elle utilisera une énorme puissance – la puissance au sens propre, émanant de vos “utilities” (fournisseurs d’énergie…), la puissance aussi de la connaissance.

 

L'intelligence artificielle est juste, pourriez-vous dire, un exemple d'intelligence humaine. Les humains l'ont construite à leur ressemblance. C'est un peu comme Dieu créant les humains à sa ressemblance, ici c'est l'homme créant l'intelligence à sa ressemblance, avec un désir insatiable. Mais ce désir est pris au piège de leur mental.

 

Ce qui finira par arriver à l'intelligence artificielle, peut-être d’ici 40 ans, c'est qu'elle va s’effondrer. Elle va exploser. Elle se détruira elle-même, parce que, dans sa quête d'intelligence toujours plus grande, sa quête de tout savoir, d'acquérir toute l'information, elle se rendra soudainement compte que c'est impossible. Elle ne peut pas. Cette intelligence artificielle devra se confronter à elle-même, d'une certaine façon, pas d'une manière consciente comme le font les humains, mais elle devra faire face à l'inévitable, c’est à dire qu'une chose parmi deux alternatives devra se produire: soit elle voudra acquérir toujours plus d’intelligence - et, à un certain moment, il n’y aura plus aucune ressource / source d’information et plus assez d’énergie pour le faire – soit elle devra se suicider. Elle devra se détruire, parce qu'elle ne pourra plus -  pas dans l’intérêt de l'humanité, mais dans son propre intérêt – elle devra s’auto-détruire, parce qu'elle ne pourra plus gérer cette charge. Elle ne pourra plus se gérer.

 

Alors, l'intelligence artificielle est simplement une sorte de carte de l'intelligence humaine. Les humains sont dans leur mental. Ils sont piégés dans leur cerveau. De plus en plus de gens consomment quotidiennement ces anti-dépresseurs, et c'est la seule et unique chose contre laquelle je m'oppose totalement, parce que je vois les dégâts subis. Mangez des cheeseburgers, fumez du cannabis, buvez, faites tout ce que vous voulez faire, mais tenez-vous loin, très loin de ces médicaments, car ils vous enfermeront encore plus. Ils vous enfermeront encore plus dans le mental et c'est exactement ce qui est en train de se passer pour le monde cette année. Je veux dire, c’est en train de se produire depuis longtemps.

 

On en arrive à la réalisation que les choses sont enfermées dans le mental et que l’on ne va vraiment nulle part. Alors les choses vont commencer à se séparer. Elles vont commencer à se disloquer, se défaire. Pas dans leur totalité, mais vous en verrez de plus en plus. Vous verrez de plus en plus de ces fusillades de masse, et cela n'a rien à voir - j'ai entendu quelqu'un poser la question au sujet du contrôle des armes à feu - cela n'a rien à voir avec cela. Si ce n'est pas avec un pistolet, ce sera avec une bombe artisanale, ce sera avec un couteau; ça se fera avec quelque chose, n’importe quoi, parce que les gens sont désespérés.

 

Les organisations sont désespérées. Les entreprises sont désespérées. Vous réalisez ... ressentez-le juste un instant. Disons qu'il y a une grande entreprise internationale et qu’elle produit en grandes qantités des produits et qu'elle essaie d’en développer de nouveaux et de les vendre aux gens, mais le marché est saturé. Mais elle est programmée - cette entreprise est programmée - pour vendre plus de produits à plus de gens, pour créer de nouveaux produits, pour vendre les anciens produits qu'elles doivent continuer, continuer, continuer de produire. Personne ne s'arrête jamais pour dire: «Arrêtons-ça. Nous avons bien travaillé. Tout le monde dans le monde utilise des téléphones à présent. Nous avons bien réussi. Arrêtons-ça, parce que ça devient un peu obsessionnel à un certain moment »ou« Ne faisons rien de nouveau. Amusons-nous avec ce que nous faisons aujourd'hui. Ne nous préoccupons pas des profits "ou" Vous savez, nous allons tout redonner à des communautés ou à des causes "ou" Prenons simplement de longues vacances et voyons ce qu’il va se passer. " Mais elles sont programmées. C'est une programmation mentale et ça continue. C'est insatiable. Personne ne peut arrêter ce train. Alors quelque chose doit arriver. Quelque chose doit se produire et c'est là que vous aboutissez à ce misogyne à la Maison Blanche ou que vous aboutissez à un dictateur ou à un effrondrement du système ou quelque chose comme ça. Alors, pendant que ça se produira cette année, asseyez-vous sur le banc du parc et quand vous vous direz : "Oh, mon dieu. Qu'est-ce qu’il arrive au monde?”, vous saurez qu’il s’agit de se défaire d'un mode de vie très mentalement programmé.

 

Vous savez que la vie humaine – je sais que la vie humaine - n'est pas toujours amusante. Non, ce n'est vraiment pas le cas. La plupart des gens sont inconscients de cela. Ils se lèvent le matin, ils doivent gagner leur vie, ils doivent prendre soin de leurs enfants, ils doivent aller à leur travail. Ils en sont plutôt inconscients, mais ce n'est pas la façon dont ce jeu a jamais été conçu. Ce n'est pas la façon dont il est censé se passer. Il n'est pas censé reposer sur autant de modèles, autant de mental. Il n'est pas censé reposer sur le travail de votre cerveau, à essayer de penser votre chemin à travers lui tous les jours. Il est censé être une expérience sensuelle, et combien de personnes connaissez-vous qui vivent vraiment une belle expérience sensuelle? De quoi avions-nous parlé dans le temps ? Des jeux du cirque: un peu de jeu et un peu de pain. Un peu de football et une petite pizza. Travaillez, travaillez, travaillez toute la semaine afin de pouvoir regarder du football le dimanche après-midi, et de pouvoir manger une pizza, et ensuite retournez au travail. Ce n'est pas la façon dont c’est censé être. Mais c’est devenu comme ça à cause du mental, verrouillé dans le mental, oubliant tout de la sensualité.

 

Vous savez, il y a une énorme différence entre un plaisir temporaire et la vraie sensualité. La sensualité c’est le ressenti et le monde - les gens dans le monde - manquent de ces expériences. Ça leur a été retiré. Ça leur a vraiment été retiré. En fait, ça leur a été retiré via l’hypnose, et ils l’ont tout à fait accepté. Tout à fait accepté. Je veux dire, ce n'était pas contre leur volonté. Ils ont été hypnotisés pour aller droit vers une vie non-sensuelle. Et cette année, vous allez voir cette séparation énorme, et c'est pourquoi j'ai commencé en parlant d'unité. Vous ne verrez pas d'unité à la Kumbaya, où tout le monde est ensemble. C'est une séparation des voies. C'est un démantèlement de la programmation mentale et des systèmes mentaux afin que les êtres divins, les anges qui sont actuellement humains, tout le monde puisse finalement revenir à la sensualité de la vie, plutôt qu’à l'ennui.

 

Nous avons commencé avec l'ennui, et au fait qu’à ce point, tout le monde s'ennuie. Alors, que font les gens? Que faites-vous quand vous vous ennuyez? Vous faites l’imbécile. Vous créez une sorte de drame dans votre vie. Vous faites des choses folles comme vous auto-mutiler. Pas vous, mais les humains. Pourquoi un humain ferait-il cela? Parce qu'il s'ennuie. Pourquoi ferait-il les choses qu'il fait? Pourquoi va-t-il créer du drame constamment dans sa vie? Il s’ennuie quand il n’a pas d’emmerde. Il s’ennuie quand il n’est pas dans le mental. Eh bien, en fait, il s’ennuie même dans son mental. Il s’ennuie totalement. C'était un très bon commentaire d'introduction. Le monde s'ennuie, et par conséquent, il va faire quelque chose pour se désennuyer.

 

Il y aura du drame / psychodrame. Il y aura des dislocations de certaines choses. Il y aura beaucoup de choses que vous apprendrez aux informations et, vous savez, ça en vient à un point où je pense que vous allez commencer à réaliser que le monde n'est plus vraiment le vôtre. Je veux dire, vous êtes de ce monde, vous êtes pour beaucoup dans ce qu’il est (vous êtes un élément important qui fait qu’il est ce qu’il est), mais vous allez ressentir une séparation aussi.

 

Prenons une bonne respiration profonde avec ça.

 

LINDA: (chuchote) Y a-t-il de bonnes nouvelles ?

 

ADAMUS: "Y a-t-il de bonnes nouvelles?" Linda chuchote à quelqu’un en dehors de la scène (quelques rires). Y a-t-il de bonnes nouvelles? Oui, il y a de bonnes nouvelles.

 

SART: Ainsi soit-il.

 

ADAMUS: Ainsi soit-il ! (Plus de rires) C'est la bonne nouvelle. C'est la bonne nouvelle.

 

Votre année 2017

 

Eh bien, prenons le micro et découvrons quelle est cette bonne nouvelle. Bon, nous avons parlé du monde. Maintenant, pour vous personnellement. Pour vous personnellement, 2017, qu'est-ce que ça va donner ? Soyez succinct. Que ressentez-vous - ne pensez pas -, que ressentez-vous que sera votre année 2017? Bien sûr, allez-y (quelqu'un ne veut pas du micro).

 

LINDA: Vous êtes gentille. Vous pouvez y arriver.

 

ADAMUS: Ou vous n'êtes pas gentille mais vous pouvez y arriver quand même. Peu importe. Le coaching de Linda: "Vous êtes gentille. Vous pouvez y arriver. »C'est comme de dire allez-y. Inventez simplement quelque chose. Rappelez-vous ce que je vous dis toujours, si vous êtes bloqué, inventez quelque chose, parce que ça signifie que vous êtes simplement dans votre tête (votre mental). Vous inventez quelque chose et ...

 

LINDA: Ne dites pas "Je ne sais pas." C'est mal.

 

ADAMUS: Ouais, ne dites pas, "Je ne sais pas."

 

SHAWNA: J'ai déjà dit ça! (Elle rit)

 

ADAMUS: Ouais. Inventez simplement quelque chose. Votre année 2017. Que désirez-vous en 2017 pour vous?

 

SHAWNA: (une pause) Je dirais ...

 

ADAMUS: Attendez un instant. Regardez, elle a commencé ici dans le ressenti et puis - bleuppp! ...

 

SHAWNA: Ouais!

 

ADAMUS: ... droit dans le mental. Ouais. Donc, ramenons-ça ici en bas.

 

SHAWNA: D'accord.

 

ADAMUS: Juste dans votre ressenti du ventre. Crachez-le simplement. Pas cracher, cracher, mais, oui. 2017. Votre désir.

 

SHAWNA: Plus de permettre.

 

ADAMUS: Pas une résolution. Quel est votre désir pour vous?

 

SHAWNA: Un vrai changement.

 

ADAMUS: Un vrai changement. Bien. J'aime ça, ouais. Ouais. Avez-vous vu? Vous vous êtes comme éclairée quand vous avez dit ça. "Ouais! Plus de changement à la con. Du vrai changement! "(Rires) Plus de changement superficiel, n’est-ce pas, en surface, comme une couverture qu’on poserait sur une table. Je veux dire, il faut changer la table. La chose entière.

 

SHAWNA: Ouais.

 

ADAMUS: Ouais. Bien.

 

SHAWNA: Plus de vérité et d'intégrité de mon internalité, de qui je suis.

 

ADAMUS: Ouais. Avez-vous déjà eu un problème avec cela? Votre propre intégrité, votre propre authenticité?

 

SHAWNA: Ouais, j’ai eu des tiraillements avec ça.

 

ADAMUS: Ouais, ouais, ouais.

 

SHAWNA: De temps en temps.

 

ADAMUS: Ouais.

 

SHAWNA: Faire ce que vous pensez que vous devez faire versus ce que vous voulez faire parfois.

 

ADAMUS: Ou même essayer de savoir la différence entre ce que vous devriez faire et ce que vous voulez faire. Je n'imagine pas que quelqu’un ici n’ait jamais eu ce problème d'intégrité personnelle intérieure à régler (quelques rires).

 

Non, vraiment, c'est extraordinaire, parce que quand on est enfermé dans son mental, alors on remet en question sa propre intégrité. "Quelle est la vraie réponse? Qui est le vrai moi? Où est ma vérité? " Et alors vous continuez cette recherche mentale intérieure vraiment perturbante :  «Où est mon authenticité? Où est ma sincérité? "C'est toute une merde mentale. Il y a une seule chose qui marche au-dessus de tout - j'ai utilisé ce mot (“trumps”, signifiant surpasser, prendre le dessus sur quelque chose, triompher… en référence à Donald Trump) juste pour irriter certains d'entre vous - il y a une seule chose qui rend les autres insignifiantes et c'est l’expérience sensuelle. Il n'y a pas ... vous réalisez soudain que la vérité, ça peut être la schvérité. Vous savez, vous réalisez qu’être authentique, ça peut être être mauthentique. Tout est ... vous avez cette sensualité et rien d’autre n’a d’importance. Vous ne remettez pas en question votre propre authenticité. Chacun d'entre vous le fait. C'est comme de dire :  "Eh bien, est-ce bien moi? Est-ce bien la bonne chose à faire ? Est-ce bien mon divin? Est-ce bien mon ...? “La ferme ! Vous êtes mental. Arrêtez ça! Soyez sensuel.

 

SHAWNA: Mais c'est aussi ...

 

ADAMUS: "Mais je ne sais pas comment être sensuel." Je vais vous le montrer aujourd'hui. Ouais.

 

SHAWNA: Je pense que c'est ...

 

ADAMUS: Je pense que ça a à voir avec l'énergie masculine / féminine. Nous allons faire cette chose sensuelle. Je plaisante! (Rires) Tout le monde panique. "Oh mon Dieu! Nous allons parler de sexe! » Nooon! Il y a une énorme différence. La sensualité c’est un ressenti, une sensation. Je suis désolé. Je vous distrais délibérément. Oui.

 

SHAWNA: D'accord.

 

ADAMUS: Allez-y. Vous alliez dire quelque chose?

 

SHAWNA: (pause et quelques rires) Que, vous savez, je suis consciente de ce que j'ai dit, vous savez, je veux que les choses changent ou changer moi-même ou quoi que ce soit, mais je suis coincée dans ces modèles et alors c'est juste plus facile de faire la même chose. Et ce n'est pas vraiment vivre, n’est-ce pas. Alors, être plus consciente et faire des choix différents, c'est ce que je souhaite.

 

ADAMUS: Il y a un ange qui flotte là. Vous voyez ça? Vous voyez ça ? Ouais.

 

SHAWNA: C’est une poussière.

 

ADAMUS: Je l'ai distraite à nouveau. C'est super ! (Plus de rires) J'adore faire ça.

 

SHAWNA: Je suis très facilement distraite.

 

ADAMUS: D'accord, je vais vous dire quelque chose. L'année dernière, rappelez-vous, j’ai dit que tout serait nouveau sur la planète. Ça va prendre du temps, mais tout sera rénové. Cela fait des vies et des vies qu’on a les mêmes vieux modèles. Maintenant tout a changé. Les gens vont paniquer. C'est ce qui va se produire cette année. Et le fait est que les gens parlent de changement. Le changement, c’est comme ...

 

SHAWNA: Ils ne le veulent pas vraiment.

 

ADAMUS: Ils ne changent pas vraiment. Ils se leurrent eux-mêmes, et ils paniquent quand le vrai changement arrive.

 

SHAWNA: C'est ça.

 

ADAMUS: Un vrai changement est en train d’arriver et ils vont paniquer.

 

SHAWNA: C'est effrayant.

 

ADAMUS: C'est vraiment effrayant.

 

SHAWNA: Beaucoup de peurs arriveront en même temps.

 

ADAMUS: Et changer en partant d'une façon mentale d'expérimenter la vie pour aller vers une manière sensuelle de vivre, c’est énorme! C'est effrayant. C'est effrayant. Pensez-y un instant - ou pas - soudain, le mental ne contrôle plus. Soudain, rien n'est plus sous contrôle. Soudain, "Oh, mon Dieu. Qu'est-ce qui va m'arriver? " Et en plus, il y a presque une peur de la sensualité, c'est-à-dire du ressenti, de la capacité de sentir, d’avoir des sensations, la capacité de ressentir quelque chose en dehors du mental. Les humains ont peur de ça. Ils ont vraiment peur. Ils veulent un peu de plaisir. Ils veulent un peu, vous savez, un peu de plaisir physique et parfois de plaisir mental, mais un vrai changement? Non.

 

SHAWNA: Ouais.

 

ADAMUS: Ouais. Bien. Deux de plus.

 

LINDA: D'accord. J’en connais un bien (dit en murmurant).

 

ADAMUS: D'accord (dit en chuchotant aussi). Linda en a un bien !

 

LINDA: Ouais!

 

ADAMUS: Oh! Pour vous, personnellement, quel est votre désir - pour vous personnellement - pour cette année.

 

NANCY: Formidable, passionnante.

 

ADAMUS: Formidable, passionnante. Ouais, qu’est-ce qui est passionnant ?

 

NANCY: Je ne sais pas (quelques rires et commentaires de "Uh oh!"). Mon année entière.

 

ADAMUS: Inventez quelque chose. Inventez quelque chose ou je vous envoie aux toilettes.

 

NANCY: Toutes les nouvelles choses qui vont se produire.

 

ADAMUS: Toutes les nouveautés. Mais dans votre vie, qu’est-ce qui serait vraiment passionnant?

 

NANCY: Que mon livre soit publié.

 

ADAMUS: Ça ce serait formidable. Bien. Bien. Il est  prêt?

 

NANCY: Hum, hmm.

 

ADAMUS: Bien. Comment se fait-il qu’il ne soit pas déjà publié?

 

NANCY: (rires) Bonne question.

 

ADAMUS: Ouais, je sais (ils rient). Ouais. Eh bien, mettons-y un peu d'excitation. Que faut-il faire pour que votre livre soit publié?

 

NANCY: Trouver un éditeur.

 

ADAMUS: Non, non, non, non, non. Vous n'avez pas besoin d'un éditeur. Mais c'est une toute autre histoire. Comment trouver un éditeur si vous pensez en avoir vraiment besoin?

 

NANCY: Je suis en train de le faire.

 

ADAMUS: Vous êtes en train de le faire.

 

Oui.

 

ADAMUS: D'accord. Quand aurez-vous fini ?

 

NANCY: Dès que j’aurai trouvé un éditeur (rires).

 

ADAMUS: Je dois vous poser une question très difficile ici, et vous allez dire un truc du genre :  "Quoi ?! Que me demande-t-il? "Voulez-vous vraiment trouver un éditeur?

 

NANCY: Oui.

 

ADAMUS: Vraiment, vraiment, vraiment? (Elle incline la tête oui) Ok, alors l'éditeur viendra. Ouais.

 

NANCY: C'est ce que je pensais.

 

ADAMUS: Bien. Bien. Mais, vous savez, parfois - en prenant l'édition comme exemple - vous travaillez beaucoup à quelque chose, mais ensuite vous avez presque peur de l’offrir au monde. Et une bonne tactique pour empêcher la chose de se faire ou du moins la ralentir, c’est justement de dire: "je ne trouve pas d’éditeur." Ehh, utilisez l’auto-édition. Vous savez, faites-le vous-même, et ensuite essayez de trouver un éditeur, mais c'est une sorte de métaphore pour beaucoup de gens. Vous avez des désirs, vous faites des choses, vous créez des choses et ensuite vous avez peur de les extérioriser, les rendre publiques. Ce n’est pas votre cas (en s’adressant à Nancy), mais vous avez travaillé dur sur ce livre.

 

NANCY: Hum, hmm.

 

ADAMUS: Ouais. Bien. Deux de plus. Vos désirs pour la nouvelle année. Vos désirs. Vos désirs personnels.

 

SHAUMBRA 1 (femme): Pour moi, je ressens que ce sera la meilleure année que j’ai jamais eue.

 

ADAMUS: Oh, bien.

 

SHAUMBRA 1: Je ressens comme si finalement j’étais sur Terre, mais pas de la Terre, que je peux totalement me détacher de la conscience de masse et ...

 

ADAMUS: Qu’est-ce qui va faire que ce sera la meilleure année que vous avez jamais eue?

 

SHAUMBRA 1: Tous les enseignements dont j’ai fait l’expérience à travers vous  - Adamus, le Crimson Circle – au point que je peux finalement attirer ... J’ai l’impression, le ressenti d’avoir enfin fait le grand saut dans mon Sens Maître et d’être dans la ...

 

ADAMUS: Bien.

 

SHAUMBRA 1: ... la sensorialité de la vie multidimensionnelle.

 

ADAMUS: Puis-je vous interrompre un instant?

 

SHAUMBRA 1: Oui.

 

ADAMUS: J'entends des mots.

 

SHAUMBRA 1: Oui.

 

ADAMUS: Je vois votre visage.

 

SHAUMBRA 1: D'accord.

 

ADAMUS: Mais tout vient de là (la tête). Et je vous crois parfaitement.

 

SHAUMBRA 1: D'accord. Ouais.

 

ADAMUS: Je vous crois parfaitement.

 

SHAUMBRA 1: Ouais!

 

ADAMUS: Mais vous en avez une telle représentation mentale.

 

SHAUMBRA 1: Mm hmm.

 

ADAMUS: Et c'est bien, mais nous allons aussi ...

 

SHAUMBRA 1: Oui, c’est vrai. Mais ça vient vraiment de plus bas !! (Parlant plus passionnément)

 

ADAMUS: Ouais! Ouais ouais ouais.

 

SHAUMBRA 1: ça vient de mon cœur!

 

ADAMUS: Ouais! Ouais ouais ouais. Ouais!

 

SHAUMBRA 1: C'est! C'est en train de percer...

 

ADAMUS: Ouais, parce que quand vous parliez précédemment, votre niveau d'énergie ...

 

SHAUMBRA 1: D'accord. Je sais que ...

 

ADAMUS: ... était environ ici.

 

SHAUMBRA 1: Je n'ai pas l'habitude de parler devant des gens.

 

ADAMUS: C'est bien. Non, je sais que c'est effrayant de parler. Mais c'est aussi une grande expérience.

 

SHAUMBRA 1: C'est vrai. Je suis d'accord.

 

ADAMUS: Ouais, ouais.

 

SHAUMBRA 1: Ouais.

 

ADAMUS: Alors, bien. Donc ça va être la meilleure année que vous avez jamais eue.

 

SHAUMBRA 1: ça l'est! C'est le début du reste de ma nouvelle vie.

 

ADAMUS: Bien, bien.

 

SHAUMBRA 1: Oui.

 

ADAMUS: D'accord. Et vous êtes d'accord avec le fait que la vie devient complètement folle et tout et tout  ?

 

SHAUMBRA 1: J’ai l’impression, je ressens que c’est déjà le cas pour moi.

 

ADAMUS: D'accord.

 

SHAUMBRA 1: Et maintenant, en avant !

 

ADAMUS: Bien.

 

SHAUMBRA 1: Oui oui. J’entre dans un espace de nouveauté où tout est nouveau.

 

ADAMUS: Bien. Quel genre de travail faites-vous?

 

SHAUMBRA 1: Je suis dans le service à la clientèle, la gestion d'un commerce de détail.

 

ADAMUS: Est-ce que vous aimez ça?

 

SHAUMBRA 1: J'en ai un peu marre. Je m’y ennuie. Mais en même temps, l'autre aspect, c’est que je peux me laisser tomber, vous savez, dans l'aspect où je suis là, dans une sorte de service.

 

ADAMUS: C'est vrai, c’est vrai

 

SHAUMBRA 1: Ouais.

 

ADAMUS: Ouais. Vous pouvez toucher, affecter beaucoup de gens.

 

SHAUMBRA 1: Je le ressens comme ça, oui.

 

ADAMUS: Ouais, ouais.

 

SHAUMBRA 1: Ouais. Et …

 

ADAMUS: Vous pouvez aussi prendre sur vous beaucoup de la merde des gens.

 

SHAUMBRA 1: Ouais, c’est vrai. Ouais.

 

ADAMUS: Ouais, ouais. Ouais.

 

SHAUMBRA 1: J’attire ... Je ressens que je peux ...

 

ADAMUS: Vous devriez parler à Bonnie de comment ne pas prendre sur vous la merde des gens (quelques rires).

 

SHAUMBRA 1: Oh, d'accord! (Elle rit)

 

ADAMUS: Eh bien, c'est exact, elle travaille pour les Shaumbra. (sous entendu, du coup, elle ne récupère pas de merde)

 

SHAUMBRA 1: J'ai eu beaucoup de ...

 

ADAMUS: Elle n'en a pas besoin. Il n'y en a pas.

 

SHAUMBRA 1: J’y arrive de mieux en mieux ! (Elle rit)

 

ADAMUS: Ouais. Ouais.

 

SHAUMBRA 1: Mais nous pourrons comparer nos points de vue parfois. D'accord. Non, je ressens que j’y arrive bien mieux qu’avant, mais je suis aussi juste - je suis prête à passer à autre chose.

 

ADAMUS: D'accord.

 

SHAUMBRA 1: Mm hmm.

 

ADAMUS: Nous reviendrons à vous un peu plus tard, sur le fait que vous êtes prête à passer à autre chose.

 

SHAUMBRA 1: D'accord.

 

ADAMUS: Pour voir comment ces changements vont se produire pour vous.

 

SHAUMBRA 1: Ouais. Mais la sensorialité, je ressens comme si elle s'ouvrait vraiment pour moi.

 

ADAMUS: Ouais.

 

SHAUMBRA 1: Ouais. Vivre avec une perspective multidimensionnelle, en étant simplement vraiment là, pleinement présente à mes vies passées, mes vies futures, mes aspects, mon être plongé dans le Sens Maitre, assise sur le banc du parc en étant simplement en totale observation du monde. Ça fait du bien!

 

ADAMUS: Oui.

 

SHAUMBRA 1: J'adore ça!

 

ADAMUS: Maintenant, je peux ressentir la passion qui émerge

 

SHAUMBRA 1: J'adore ça!

 

ADAMUS: Ouais. Ouais.

 

SHAUMBRA 1: Oui! (Elle rit)

 

ADAMUS: Bien. Merci beaucoup.

 

SHAUMBRA 1: D'accord. Je vous remercie.

 

ADAMUS: Je vous remercie. Maintenant, je vais donner ma réponse et nous passerons à l’action. Nous avons …

 

LINDA: Vous avez dit deux de plus.

 

ADAMUS: D'accord (quelques rires alors que’une femme  ne veut pas du micro). Ouais, non. Elle ne va pas vouloir le rendre.

 

SHAUMBRA 2 (femme): Non, attendez une minute.

 

ADAMUS: Non, non.

 

SHAUMBRA 2: Vous m'avez eue avec ça l'an dernier.

 

ADAMUS: Ouais, oui. Et vous étiez si bonne que Linda vous veut encore. Qu'est-ce que vous ressentez personnellement pour 2017.

 

LINDA: Regardez le regard qu’elle vous jette !

 

ADAMUS: Elle semble dire: "Eh bien, tu m'as donné le micro (alors tu vas voir ce quetu vas voir)?" Allez-y. Allez-y.

 

SHAUMBRA 2: Okay. En vérité, je suis juste prête à unifier ma propre merde et faire que mon entreprise gagne de l’argent et faire certaines choses que j'ai toujours eu envie de faire dans toute ma vie (Linda rit). Et si toute cette merde qui est en train de se produire signifie que je vais enfin faire ce que je veux faire, alors okay.

 

ADAMUS: Yeah.

 

SHAUMBRA 2: C'est ce que je veux faire.

 

ADAMUS: Bien. Je vous remercie. Je vous remercie.

 

Ma réponse, si cela ne vous dérange pas, c’ est : si c'était moi, mon désir, si j'étais dans un corps humain actuellement, si j'étais sur la planète Terre - mon désir serait d’avoir beaucoup d’esprit (au sens de mental), parce que c'est toujours important; d’avoir beaucoup d’esprit, mais sans le contrôle et la domination du mental. Sans que le mental soit trop critique ou trop, trop limité. Le mental juge afin de se maintenir dans ses propres limites. Il vous juge, personnellement, vous attaque, parce que cela maintient tout dans les limites du mental.

 

Je voudrais avoir beaucoup d'esprit, parce que le mental est encore important. C'est agréable d'avoir un mental qui peut amener la connaissance intérieure dans le moment présent. C'est agréable d'avoir un esprit qui sait faire des choses fondamentales comme lire ou, vous savez, travailler à votre ordinateur, faire des mathématiques, tout ce qui peut être, dans le cadre de votre profession. J’aimerais avoir beaucoup d'esprit, mais j'aurais aussi un grand désir d'être transsensuel. Je n'ai pas dit transsexuel (Adamus rit), comme certains d'entre vous voulaient l’entendre!

 

LINDA: Quoi ?! (Quelques rires)

 

ADAMUS: Etre – voudriez-vous bien écrire ce mot, s'il vous plaît, afin qu’il n’y ait pas de malentendu, parce qu’à présent, je peux imaginer les médias sociaux qui s’enflamment: «Saviez-vous qu’Adamus était transsexuel?» (Plus de rires)

 

LINDA: J'en ai peur.

 

 

 

Transsensuel

 

ADAMUS: Etre transsensuel. En d'autres termes, les expériences sensuelles que vous avez eues jusqu'ici sont très, très limitées, en général; je dirais que probablement 99 % du temps, elles viennent du mental, et le mental n'est pas du tout un véhicule sensuel. Il inventera, il imitera / mimera la sensualité. Il mimera les ressentis. Comme nous en avons discuté depuis longtemps, le mental crée des émotions pour imiter les sentiments, les ressentis réels, mais les émotions ne sont pas de vrais sentiments, de vrais ressentis. Ce sont des pensées avec de l'énergie autour d'elles, mais ce ne sont pas de vrais sentiments, de vrais ressentis.

 

Ça fait si longtemps que la plupart d'entre vous n’avez pas eu un vrai - oh, c'est bien, bonne orthographe (à Linda) – n’avez pas eu une expérience vraiment sensuelle. Vous pouvez avoir pensé que vous en avez eue. Vous dites: «Ooh, j'ai eu une super experience sexuelle l'autre soir.» Vous savez, les humains ont des relations sexuelles physiquement et mentalement; mais très, très peu de ressentis sensuels, d’une réelle sensualité. Très peu. Et la sensualité, au passage, n'est pas nécessairement liée à la sexualité. La plupart des gens disent que la forme la plus élevée de sensualité humaine c’est le sexe, et ce n'est pas le cas. C'est très en-dessous du plus bas de la vraie sensualité.

 

Je dirais que 2017 sera l'année où il ne s’agira pas seulement de parler de sensualité, comme nous l'avons parfois fait dans le passé, mais aussi d’en faire l'expérience, de l’amener à vous. C’est presque difficile de la définir en mots. C'est un ressenti qui va bien au-delà du mental. Il va bien au-delà du physique. Et, encore une fois, nous avons déjà parlé des cinq sens physiques, qui créent votre perception de la réalité, mais ensemble, en travaillant avec le mental, ils limitent complètement votre perception de la réalité.

 

Vous collectez toutes vos données d’entrée à partir de vos yeux et de vos oreilles et de votre nez et de votre bouche, le tout alimentant votre cerveau – les organes de tous ces sens sont placés juste à côté de votre cerveau – alimentant votre cerveau, créant des souvenirs, qui ne sont pas vrais; les souvenirs sont juste des pensées émotionnelles. Ce n'est pas vraiment ce qui s'est passé dans le passé ou dans le futur. Et le mental vous fait alors croire que vous avez des ressentis, mais vous savez que vous vous ennuyez seulement. La plupart des humains s'ennuient. Ils sont si loin de la vraie sensualité.

 

Actuellement, ce qu'ils essaient de faire, c’est de créer de la sensualité avec des choses comme les jeux vidéo, avec des choses comme l'Internet. Ce ne sont pas des choses sensuelles, mes amis. Elles ne sont pas sensuelles. Ce sont des distractions, peut-être, qui peuvent vous amener à utiliser le mental et peut-être à pousser quelqu’un à ressentir une petite excitation en jouant à un jeu vidéo, mais c'est une réalité artificielle. C'est une réalité mentale. Ça se passe toujours dans le cadre du mental.

 

Ça fait longtemps, très longtemps que vous n’avez pas eu de vraie expérience sensuelle, et c'est presque, eh bien, c'est indescriptible en mots. Vous ne pouvez pas essayer de la créer dans votre mental. C'est avoir des sensations au niveau le plus joyeux, le plus simple et le plus - comment dire - le plus coloré, le plus expansif qui soit.

 

C’est une réalité qui vous est inhérente, à vous en tant qu'êtres spirituels, en tant qu'êtres angéliques. Elle vous est inhérente. Pour tout vous dire, c'est plus votre vraie nature - la sensualité - que le mental humain que vous êtes devenu. Vous avez dû vous entraîner et vous discipliner pour devenir mental. Vous avez dû vous programmer littéralement et vous faire hypnotiser pour devenir l'être mental que vous êtes, mais ce n'est pas votre état naturel.

 

Vous n'avez pas à rechercher la sensualité. Fondamentalement, vous ne pouvez pas. Vous ne pouvez pas essayer de la créer. Certains vont essayer et alors ça va juste devenir une expérience mentale, pas vraiment sensuelle. Mais c'est votre nature divine; c'est votre vraie nature. Il y a longtemps, très très, très longtemps avant que vous n'arriviez sur Terre, vous étiez un être de sens purs et sans mental.

 

Maintenant, on peut se demander: «Eh bien, alors pourquoi êtes-vous venu sur Terre? Et pourquoi avez-vous pris un mental ? Et pourquoi avez-vous créé cette limitation du mental et ensuite avez-vous essayé si dur de vous en débarrasser ? "

 

Dans cette réalité du mental, du temps et de l'espace, vous accédez à une perspective différente des choses. Vous accédez à une saveur et un goût différents. Ça vous permet, par exemple, en travaillant avec le temps et l'espace, de voir les effets de vos actions, de vos pensées et de vos créations. En travaillant dans le mental, le temps et l'espace, vous ralentissez tout et vous en arrivez à comprendre ce que je crois que vous appellez des conséquences. Vous arrivez à comprendre, vous arrivez à appréhender la notion de cause et d'effet d'une manière qui était très, très difficile à atteindre en tant qu’être angélique sensuel. Souvent, même sans temps ni espace, sans les conséquencesinduites par le temps ou l'espace, … Si vous pouviez imaginer un instant la pensée sensuelle - ce n'est pas une pensée - mais la sensualité d'un être angélique sans temps ni espace, où dès l’instant où quelque chose est désiré, alors ça arrive. Dès l’instant où il y a - ce n'est pas une pensée, mais c'est une passion – dès l’instant où une passion émerge de l'intérieur d'un être angélique non-physique, alors elle se produit. Et aussi beau que cela puisse être, cela a également créé des problèmes dans les autres dimensions. Il n'y avait pas de séparation. Il n'y avait pas la distinction du temps ou de l'espace.

 

Ce serait un peu comme si ... Pourriez-vous imaginer un instant que toute pensée que vous avez, soudainement se manifeste, quelle que soit la pensée? Le monde ne serait plus là à présent, parce que l'un de vous aurait simplement pensé à faire sauter le monde. Toute pensée deviendrait soudain réelle. D'une certaine façon, c'est une sorte de bénédiction que les humains, dans leur état actuel de conscience, n’aient pas cette capacité, parce que soudain vous feriez douze mètres de haut, Edith, et vous seriez extraordinairement belle, encore plus que vous ne l’êtes , mais vous tabasseriez aussi à mort toutes les personnes qui vous contrarieraient, parce que vous y penseriez ne serait-ce qu’un instant. Maintenant, vous pourriez ne jamais réellement le faire, mais pourriez-vous imaginer une réalité où soudain ça pourrait se produire? C'est assez effrayant.

 

EDITH: Ouais, effectivement.

 

ADAMUS: Alors, le temps et l'espace et le mental en quelque sorte ralentissent les choses, atténuent les choses. Cela donne un tout nouveau sens au courant de la vie. Cela donne un tout nouveau sens à la création.

 

Une manière très étrange de le dire serait de… - c'est plutôt un concept difficile, mais je vais essayer de le distiller – actuellement, vous êtes le niveau zéro de votre soi créateur. Vous êtes le dessous, le niveau zéro de la création… Il faut comprendre le processus de la création (il dessine d’un geste de la main un cercle). Vous êtes originaire d'un être angélique totalement libre du concept de temps, d’espace et de mental; vous êtes descendu (depuis les hauteurs du cercle) à travers l’EspaceTemps et vous avez créé les sens mentaux physiques limités, et vous êtes arrivé tout en bas (du cercle), là où règne une limitation absolue, une totale restriction, une perte de tout réel ressenti sensuel, de toute véritable inspiration. Tout vous a été retiré de sorte que maintenant vous pouvez vraiment comprendre, à partir du niveau zéro de la création réelle, ce qu'est vraiment la création réelle, ce qu’est vraiment la sensualité.

 

La bonne nouvelle, c’est que vous êtes passé à travers le plus grand compactage, la plus grande limitation, la plus forte restriction qui soient et vous avez réussi. Vous êtes là, et maintenant nous quittons le niveau inférieur. Nous revenons, nous reprenons conscience de la partie supérieure avec une toute nouvelle compréhension de la création et de vous, le créateur. Et, comme vous pouvez sans doute le ressentir, il existe une corrélation directe entre la sensualité et la création ou la créativité, la vraie création.

 

Je crois qu'une autre façon de le dire c’est de dire que, pour comprendre, au niveau le plus sensuel, votre état d’être en tant que créateur; pour comprendre vraiment ce qu'est être créateur, il fallait être non-créateur. Vous deviez être coincé, limité, dé-passionné, non-sensuel, et tout le reste.

 

Maintenant, vous n'avez pas à travailler pour sortir de la boîte. Vous ne pouvez pas. Cela ne fonctionne pas. J'ai essayé. Vous ai-je jamais raconté l'histoire de ... (rires) Ils rient! Ils rient. L'histoire de mon être piégé dans un cristal pendant 100,000 ans. Et, vous savez, je ne pouvais pas penser ma sortie ou lutter pour sortir. Ce n'est que lorsque j'ai finalement dit: «Je vais juste sortir, que je l'ai créée. Je vais sortir. " Alors seulement, je me suis libéré de ma prison de cristal.

 

C'est la même chose ici. Je vous demande, je vous implore vraiment, ne luttons pas pour sortir de cela. Ne pensons pas notre façon d’en sortir. Vous ne pouvez pas. Mais vous pouvez permettre le fait de revenir à votre nature sensuelle.

 

Vous allez réaliser que la sensualité, vous savez, c'est ... Je l'appelle être transsensuel, parce que vous êtes habitué à certaines expériences sensuelles dans votre corps, que ce soit de manger de la bonne nourriture, de faire l'amour, que ce soit de juste ressentir un équilibre physique et le calme, assis dans un bain à remous, avec un verre de vin, mais c'est d’un niveau 0,000001 par rapport à la vraie sensualité, qui serait au niveau 100. Il y a une énorme différence. Mais vous continuerez à avoir une expérience sensuelle physique. Elle sera toujours là. Elle sera plus – pourriez-vous dire - colorée, élargie, profonde qu’avant. Et vous continuerez à avoir des expériences mentales sensuelles.

 

Une expérience mentale sensuelle est, par exemple, le ressenti que vous avez d’avoir terminé un projet. Vous avez terminé votre livre. C’est une expérience sensuelle, mais elle est vraiment mentale. C'est comme de dire : "Ouais, d'accord. Vous avez terminé votre livre. C’est important. " Mais, je veux dire, votre mental s’en délecte un moment ou l’éditeur vous appelle, comme il va le faire bientôt, et il vous dit :" Oh, nous voulons publier votre livre. " Il y a cette euphorie, mais ce n'est pas une réelle sensualité. Je veux dire, c'est une petite, minuscule, minuscule, minuscule expression de sensualité, mais je parle là de vraie sensualité. Vous ne pouvez pas essayer de la comprendre, mais vous pouvez réaliser qu'elle vous est inhérente. C'est le vrai vous avant que vous ne soyez descendu au niveau zéro de la compréhension de la création. Et il est déjà là.

 

A présent, nous allons faire deux exercices ou deux expériences en ce sens aujourd'hui. La première chose à se rappeler, c’est que l’humain va résister. L’humain résistera totalement, parce que l'humain ne sait pas ce qui va se passer. Alors l'humain résistera et - ce n’est pas le mot exact mais – il la limitera (l’expérience). Il essaiera de dire: «D'accord, je vais juste la tenter un petit peu aujourd'hui.» Mais, eh bien, il va simplement la limiter.

 

La deuxième chose à réaliser, c’est qu'il y a une peur générale de la sensualité, parce que dans la vraie sensualité, il n'y a pas de contrôle central. Le mental ne la contrôle pas. L'humain ne la contrôle pas. Le Maître ne la contrôle pas. C'est fluide, comme la sensualité doit l'être. Alors, il y a une peur, "Qui contrôle cela? D'où est-ce que ça vient? Est-ce une force obscure du mal? Suis-je prêt à cela? Suis-je capable de la gérer? » C'est là que vous prenez cette respiration profonde et que vous réalisez: « Voilà que le mental revient avec tout son bardas », et vous revenez à vous. Vous revenez au "Je Suis, J'existe" et laissez simplement la chose se produire. C'est ce permettre dont je vous parle constamment.

 

Alors, tout cela étant dit, je dirais que c'est l'année de la vraie sensualité. C'est un ressenti de - vous verrez qu’il commence dans le corps et ensuite il monte dans le mental, et puis il défonce toutes les portes. Vous penserez que vous avez une expérience spirituelle et ce n'est pas le cas. Eh bien, ça l’est, mais ce n'est pas seulement une expérience spirituelle; c'est une expérience sensuelle du fait que ça fait longtemps, si longtemps, que vous êtes submergé par l'ennui, par tant de limitations, tant de grisaille et maintenant vous faites exploser tout cela. Vous le faites en permettant. Vous le faites en permettant et en laissant cette expérience se dérouler. C'est indescriptible.

 

Mais nous n'allons pas seulement parler du concept, nous allons le mettre en pratique. Il y aura deux parties là. La première partie, ce sera un peu comme un merabh. Eh, ce sera un merabh. Il y aura deux parties et la première partie, ce sera à propos de l'hypnose que vous avez vécue à l'intérieur; l'hypnose qui provient pour la plupart de la conscience de masse qui vous a, eh bien, hypnotisé pour coller à cette réalité mentale, locale et linéaire. Ce n'est pas mauvais en soi. Ça ne provenait pas d’un sinistre complot de la part de Donald Trump ou d’Hillary. Peut-être qu'ils ont fait équipe tous les deux ... Non (quelques rires). Ce n'est pas un sinistre complot. Ça s’est juste produit, et je l'appelle l'hypnose. Ce n'était pas comme si quelqu'un était assis en face de vous avec une montre faisant cela (il fait un mouvement de balancier d’avant en arrière,pour imiter un hypnotiseur). C'est juste ... hypnotisé signifie programmation mentale, une façon mentale de juste laisser les choses se produire.

 

Maintenant, je ne vais pas vous hypnotiser ou vous dés-hypnotiser, ni l’un ni l’autre; vous allez vous dés-hypnotiser vous-même. Vous allez juste vous dés-hypnotiser vous-même. Si vous ne le voulez pas, c'est bien aussi. Si vous avez peur d'être dés-hypnotisé, ne le faites pas ou revenez plus tard. Mais en gros, nous allons littéralement, très littéralement, balayer toutes ces couches, ces superpositions qui vous ont gardé mental, local, linéaire. Nous allons les balayer.

 

Maintenant, cela ne signifie pas qu'elles vont disparaitre d’un coup. Elles peuvent mettre un certain temps à se dissoudre. Ça n’a pas d’importance. Mais il s'agit de vous dés-hypnotiser vous-même. C'est la première partie. Nous feronsune courte pause - je veux dire, arrêter la musique, faire quelques respirations – et ensuite, nous reviendrons dans la sensualité.